Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

OGM : les études du Pr Séralini réfutées

"OGM : les études du Professeur Séralini réfutées"

L'avis du Haut conseil des biotechnologies est en fait une première victoire !

Si le Haut conseil des biotechnologies (HCB) réfute ce lundi 22 octobre les conclusions de l'étude sur la toxicité d'un maïs OGM, il recommande une étude «indépendante» de long terme sur ce maïs. En disant cela il dénonce l'insuffisance des tests, leur absence de transparence et la compromission des agences sanitaires. J'y vois, pour ma part, une formidable victoire des lanceurs d'alerte !

Si le HCB estime qu’il n’y a « pas de causalité entre les événements observés et la consommation de maïs NK603, traité ou non avec l’herbicide Roundup ». « Le dispositif expérimental mis en œuvre est inadapté aux objectifs de l'étude », estime le Haut conseil, mandaté par le gouvernement pour examiner l'étude. Il interroge le processus discutable de l'agrément.

En effet il veut néanmoins « répondre aux interrogations de la société » et recommande qu’une « étude de long terme, indépendante et contradictoire soit entreprise sous l'égide des pouvoirs publics quant à la sécurité sanitaire du maïs NK603 »

« L’objectif est de rassurer l’opinion publique qui ne sait plus qui et quoi croire », a-t-elle ajouté. Le Cees recommande que le Pr Séralini fasse partie de la nouvelle étude. « C’est l’une des conditions pour que l'étude soit ensuite considérée par tous comme légitime », a déclaré Christine Noiville.

Gilles-Eric Séralini, un biologiste de l’université de Caen, qui était présent le week-end dernier à Forcalquier pour les Rencontres de l'alimentation bio, estime que ses travaux, d’une durée inhabituelle de deux ans, montrent un risque accru de tumeurs mammaires et d’atteintes hépato-rénales pour les rats nourris avec ce maïs, associé ou pas au Roundup. Son étude a toutefois été fortement critiquée pour sa méthodologie et l’Agence européenne de sécurité sanitaire (Efsa) a estimé qu’elle était « insuffisante » pour remettre en question l’innocuité du maïs étudié.

Le HCB, organisme créé en 2008 par la loi Grenelle, est systématiquement saisi par les autorités publiques pour évaluer les risques sanitaires et environnementaux associés aux plantes génétiquement modifiées. Le HCB est composé de deux comités : l’un scientifique et l’autre économique, éthique et social. Voilà de quoi donner encore plus de légitimité aux retentissements que continuent d'avoir l'étude du professeur Seralini.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

25/10/2012 11:15:17

Mathieu Mauriès
Alors là curieusement dès qu'il s'agit d'OGM, le principe de précaution est totalement oublié !!! TOUS les complices OFFICIELS de cette escroquerie planétaire sont des ASSASSINS ...

22/10/2012 23:00:48

Sandrine Cosserat Merci, Christophe, pour avoir accueilli et soutenu ce moment d'humanité et de mise en lumière qu’a été le colloque de l’alimentation bio, ce week-end à Forcalquier.
Je retiens de ces témoignages, l’incroyable combat mené par les intervenants qui nous ont parfaitement expliqué comment les dérives de la techno-science et des lobbies au service de multinationales toujours plus puissantes, nous avaient déjà menés et nous menaient encore vers des catastrophes sanitaires certaines…
Médiator, Amiante, Bisphénol A, pesticides multiples et autres perturbateurs endocriniens déjà retirés du marché après qu’on ait tristement constaté leur toxicité… et aujourd’hui la brulante question sur les Maïs OGM dopés au Round-up.

Oui, vous avez de mon point de vue la pertinence de le souligner ici, c’est une victoire que soient enfin demandés des tests de long terme (à la place d’études sur 90 jours) sur ces produits nouveaux, ces produits prométhéens comme le soulignait Jean-Marie Pelt... Ces produits qui, pour le pouvoir de quelques-uns, mettent parfois en péril la santé de tous. (http://sciencescitoyennes.org/tous-cobayes/)

L’urgence, c’est évidemment la mise hors marché du NK603 et du round-up, le temps de l’expertise contradictoire. L’urgence c’est aussi, pour éviter les mises sur le marché aléatoires, précipitées, la mise en place d’une autorité pour la transparence de l’expertise scientifique (accès public aux études de toxicologie) et pour l’alerte santé-environnement, qui sera garante du principe de précaution et de la protection des lanceurs d’alertes…. Pour qu’enfin, nous ne soyons plus cobayes !

22/10/2012 20:58:20

Noëlle Naud-Legriffon
Nous sommes responsables à titre indiduel des choix concernant notre alimentation, notre façon nous habiller.... Tout choix de comment j'organise ma vie est un acte POLITIQUE, c'est essentiel d'en prendre conscience.

Haut de page | Mentions légales | Plan du site