Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Beau, bien, bio

Beau, bien, bio

Une récente étude présentée par Libé, montre que le bio est entré dans les m½urs.

Sa consommation est certes plutôt urbaine et riche, mais on voit qu'une majorité de Français voudraient que leurs enfants mangent bio à la cantine et qu'ils puissent trouver des cafétérias d'entreprise tout aussi naturelles...

Le phénomène n’est pas si ancien.

J’ai le souvenir de certains me reprochant d’avoir proposé des repas pour la crèche de Forcalquier 100% bio… alors même qu’on n’avait pas demandé l’avis des parents avant d’imposer cela !
Ce qui était vrai, mais l’idée me semblait tellement évidente que je n’avais pas jugé utile de faire une consultation… Mais les temps changent et ils changent vite ! On peut s’amuser de ces rêves d’authenticité et de ces obsessions des origines de ce que l’on avale.

Mais il ne faut pas y voir seulement des peurs millénaristes des vaches folles, des œufs parfumés à la salmonellose ou des volailles porteuses de grippe aviaire. Le respect de l’environnement n’est pas seulement l'affaire des gouvernants et des industriels ; consommer des produits locaux, goûteux, naturels et de saison appartient aussi à une discipline citoyenne.

Il faudrait encore que la filière française puisse suivre.

Première puissance agricole d’Europe, la France est en retard pour les cultures biologiques. Le système productiviste et polluant nourri aux subventions et aux engrais et béni par les syndicats agricoles a limité l’essor des aliments bio ! Résultat la France se retrouve déficitaire et obligée d’importer chez ses voisins ce que ses consommateurs demandent ( Cela devrait nous obliger à l’exigence dans nos actions publiques : le local ne peut suffire et je me refuse à l’idée de favoriser des filières courtes qui ne soient pas exemplaires…).

Une absurdité écologique et économique alors que faire du bio peut à la fois servir la planète et nourrir le producteur.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

20/02 14:46

Paola VALENTI    
Bonjour,
Ok pour le constat, mais j'ai deux questions :
- En quoi et pourquoi les productions locales ne pourraient-elles pas être suffisantes pour satisfaire la demande croissante de produits bio ?
- Qu'entendez-vous précisément par "filières courtes exemplaires" et quelles sont vos propositions pour en favoriser l'émergence et/ou le renforcement ?

Cordialement
Paola Valenti

 

17/02 13:29

LEY    
Merci et bravo pour votre engagement pour une agriculture biologique et de qualité. Quels seraient les objectifs de la région pour le prochain mandat en faveur de l'agriculture biologique ?

Haut de page | Mentions légales | Plan du site