• Casse des hopitaux... La tarification à l'activité repoussée à mars 2013
  • Mise à jour 30/11/2011 11:13:19

Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Casse des hopitaux... La tarification à l'activité repoussée à mars 2013

Casse des hopitaux... La tarification à l'activité repoussée à mars 2013

Dans l'exercice de casse de nos hôpitaux de proximité la tarification à l'activité s'annonçait comme le coup final.

Pourtant ce libéralisme hospitalier avançait bon train : dernier exemple la fermeture d'un service à l'hôpital de Digne.

Toutefois face à la pression des élections à venir, un répit qui évite ainsi de mettre la pression sur des établissements qui assurent la prise en charge de soins coûteux mais vitaux dans les territoires ruraux, vient d’être opportunément accordé.

Alors que la T2A devait être initialement appliquée dans tous les établissements de santé d’ici 2012, l’Assemblée nationale a décidé d’accorder un délai de quinze mois aux petits hôpitaux.

Ainsi sous l’autorité des agences régionales de santé (ARS)  les établissements sont incités à faire adapter leurs logiciels de facturation et de codage des actes médicaux.

La T2A a mis en évidence l’insuffisance de financement des charges spécifiques liées aux missions de service public comme à l’accueil de patients plus lourds ou plus âgés. Son report évite une pression trop forte pour fermer des unités de soins alors que les hôpitaux locaux jouent un rôle crucial dans la permanence des soins, mais il n’y a bien qu’un report de programmer. Cette loi doit être abrogée tout simplement et nous devons passer d’une approche comptable à une approche de service public.

Derrière des arguments techniques, il s’agit bien d’éviter de désorganiser une filière de soins spécifique aux personnes âgées, souvent atteintes de polypathologies, et ainsi de fragiliser les territoires de santé. La tarification à l’activité est le nouveau mode de financement des établissements, entré en vigueur partiellement et progressivement à l’hôpital depuis 2004. Elle prévoit la rémunération des hôpitaux à l’acte médical, alors qu’ils bénéficiaient auparavant d’une dotation budgétaire globale. Avec la T2A, à chaque acte hospitalier correspond désormais un code, lequel ouvre droit à un financement précis de la part de l’assurance maladie.

Simple en apparence, la T2A, n’a de toute façon pas atteint l’objectif principal de maîtrise des coûts. Dans son rapport sur le bilan à mi-parcours de la T2A, publié en 2009, la Cour des comptes souligne que “telle qu’elle a été mise en œuvre, [la T2A] déconnecte les tarifs des coûts de production, sans faciliter la maîtrise de la dépense hospitalière”.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

13/11/2011 10:34

coll jaime
sarkozy est loin des realitee de la triste vie des personnes agees sans leurs hopitaux de proximitee ou ils font des cours sejour entouree des personnes quelles connaisse ou leurs parents et amis viennes leurs remonter le moral. Une parenthese, les enfants que sarkozy tien part la main savent que cest lui qui les a envoyer a la mort a travert l'otan, on va graver leurs nom sur le marbre bravo sarko

12/11/2011 09:59

Patricia Klemensiewicz
Il me semble clair maintenant que la politique du gouvernement est de supprimer totalement ou conserver au minimum tout ce qui relève du service public: santé, éducation, trasport and so on.
Donc , à la manière des USA, se débrouiller pour que l'état devienne un organisme qui collecte l'impôt et le redistribue à des postes tels que la Défense, le nucléaire et autres activités qui en somme fait disparaître tout ce qui reste de l'esprit moribond de la solidarité.
Je ne pensais pas vivre dans un tel pays.
Mais si il s'agit de se défaire de tout le système de redistribution de l'impôt pour le peuple, que cette politique changent son système fiscal. En effet, si la France (les umpistes et autres droites dures associées) saccage de concert avec l'U.E le service public il faut aller jusqu'au bout du raisonnement et changer le système fiscal.
Je m'étonne aussi que la France reste muette et ne réagisse pas comme le font les autres pays ruinés par la spéculation.
J'en conclue qu'une atmosphère de peur paralyse les gens qui peuvent sauver le peu qu'ils possèdent, pour les autres, rien et le perdre !!!!.
Si mai 68 fut une révolution d'idées, je constate qu'une révolution sociale ne peut se faire parce que notre pouvoir de dire non n'a aucune chance d'être entendue sauf entre amis, famille, voisins....
Enfin, comment a t on pu donner le pouvoir à quelqu'un qui ne savait pas ce qui nous attendait aujourd'hui? C'est dire son incompétence.
A moins que cette crise économique ne tombe à pic pour nous museler et justifier ce démantèlement des services publics.
Voilà.
Piteusement vôtre/
Patricia KLEMENSIEWICZ

11/11/2011 15:20

raynal
non seulement on va casser l'Hopital Public mais les soins ,par la T2A(traitement 2 fois anemié) va faire la notion de soins et les patients ,impatients, vont subir des soins degradés;c'est peut etre une solution pour faire diminuer le nombre de retraités,comme dirait le Canard Enchainé;mais au dela de l'humour c'est triste cette notion de rentabilité à outrance!!!

11/11/2011 15:10

Docteur House
Le programme du PS pour les présidentielles sera présenté en début d'année. En revanche, le projet du parti ( accessible en ligne ) prévoit très clairement de remettre l'hopital public au centre du système de santé en revenant sur la casse du service public mis en place par la droite depuis dix ans...

11/11/2011 15:07

m15
Merci de m'indiquer ce que dit le programme socialiste pour les présidentielles à ce sujet.

Haut de page | Mentions légales | Plan du site