Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Ces ultra-riches qui désavouent Sarkozy

Ces ultra-riches qui désavouent Sarkozy

C'est le pied de nez de l'été. Nicolas Sarkozy se revendique comme leur ami bienveillant. Il a d'ailleurs juré ses grands dieux de ne pas augmenter les impôts.

Et voilà que deux ultra-riches français, Maurice Lévy et Pierre Bergé, ne trouvent rien de mieux que réclamer publiquement, dans la lignée de Warren Buffet, à payer plus d'impôts. L'exemplarité à défaut de moralité serait-elle de retour ?

La lutte contre la dette publique prend des allures de conflit avec les marchés. Et une poignée de très fortunés, loin de s'en désintéresser manifestent ouvertement leur souhait de participer à cet effort de guerre.

Dans une tribune publiée dans Le Monde de mardi dernier, Maurice Lévy, formule une série de propositions "pour en finir avec le déficit des finances publiques". La 238éme fortune française se fait remarquer en  suggérant une contribution exceptionnelle "des plus riches, des plus favorisés, des nantis" : "Il semblera peut-être curieux à certains de voir que le président de l'Association française des entreprises privées (Afep) préconise une telle mesure, mais il me semble indispensable que l'effort de solidarité passe d'abord par ceux que le sort a préservés.

J'ai toujours considéré que la grande majorité des dirigeants méritaient leur rémunération, et pour certains plus encore. Mais je considère avec la même force qu'il est normal que nous, qui avons eu la chance de pouvoir réussir, de gagner de l'argent, jouions pleinement notre rôle de citoyens en participant à l'effort national. Oui, une contribution des plus riches s'impose à mes yeux. Et pas seulement les dirigeants. Tous ceux qui peuvent, par leurs moyens, participer à ce nécessaire effort national".

La situation actuelle est dérangeante. Pour des raisons fiscales, les plus riches soient moins imposés que les autres. Pierre Bergé juge anormale, voire amorale cette situation et demande une remise à plat du système. Avec Maurice Lévy, il partage l'idée qu'au-delà d'un certain seuil de revenus, il faut taxer davantage les hauts revenus.

Fin connaisseur des finances publiques, Jean Arthuis président de la commission finances du Sénat,  confirme en se déclarant convaincu que les riches ne paient pas suffisamment d’impôts.
Une contribution exceptionnelle verra-t-elle le jour en France ? Difficile à croire même si Valérie Pécresse, ministre du Budget, a repris à son compte la possibilité d’une taxe sur les hauts revenus. Mais plutôt que d'alimenter les caisses publiques les grandes fortunes françaises, notamment les amis du Fouquet's, préféreront sans doute investir dans le financement de la campagne du président sortant.

Au-delà de ce débat, nous avons besoin d’une vraie réforme fiscale pour plus de justice, de moralité et d’efficacité. François Hollande me semble sur ce sujet le plus avancé dans ses réflexions.
Rue 89 rappelle qu'en 2010, Warren Buffet avait appelé les ultra-riches à léguer plus de la moitié de leur fortune à une fondation. Si 69, dont celle de Bill Gates, ont adhéré à la démarche, aucun Français ne figure parmi eux.

Les français n'ont pourtant pas été toujours à la traîne. Jean-Baptiste Godin le méconnu ne fût pas seulement un industriel visionnaire du milieu du XIX siècle, que nous célébrions il y à quelques mois à Forcalquier, fût parallèlement un grand philanthrope déterminé à offrir aux ouvriers non seulement le confort matériel mais aussi à leur redistribuer une partie des bénéfices de l'entreprise.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

27/08/2011 18:27

coll jaime
Berge et Lévy on déjà prouvé leurs lucidité vers la gauche alors que en général les capitalistes engrange les capitaux que leurs rejetons vont dilapidé sans vergogne les exemples sons hors limites les capitaux boursier et autres doive être lourdement taxée on et loin des patrons qui offrais des chéques aux mairies pour les aidés

Haut de page | Mentions légales | Plan du site