Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

École : bonnet d'âne pour la France

École : bonnet d'âne pour la France

C'est un rapport au vitriol que vient de publier la Cour des comptes sur le système éducatif français. « La performance du système éducatif français a, au cours des dernières années, plutôt diminué, sous l'effet de son inefficacité à lutter contre les inégalités scolaires », a résumé hier lors d'une conférence de presse le premier président de la Cour, le socialiste Didier Migaud.

En clair, la Cour des comptes pointe du doigt plusieurs dysfonctionnements. Tout d'abord, les meilleurs professeurs sont réservés aux meilleurs élèves dans les classes préparatoires alors que les enseignants débutants sont souvent affectés dans des établissements difficiles. Résultat : l'ascenseur social que permettrait le système éducatif est en panne. Les élites se reproduisent pendant que les classes populaires ont toujours autant de mal à progresser dans l'échelle sociEn clair, la Cour des comptes pointe du doigt plusieurs dysfonctionnements.

Tout d'abord, les meilleurs professeurs sont réservés aux meilleurs élèves dans les classes préparatoires alors que les enseignants débutants sont souvent affectés dans des établissements difficiles. Résultat : l'ascenseur social que permettrait le système éducatif est en panne. Les élites se reproduisent pendant que les classes populaires ont toujours autant de mal à progresser dans l'échelle sociale.

« La France est le pays où les différences scolaires se sont le plus accrues entre 2000 et 2006, où l'impact de l'origine sociale sur la réussite scolaire est le plus important » et c'est en définitive « le pays occidental le plus éloigné de l'égalité des chances » a stigmatisé le rapport. En France, un jeune sur cinq ne maîtrise pas les compétences de base en lecture, un sur six quitte le système scolaire sans aucun diplôme ni aucune qualification, et seulement 24 % d'une génération atteignent le niveau licence (bac + 3) contre par exemple 40 % en Norvège.

Pour la Cour, la solution n'est pas dans la hausse des moyens (qui sont dans la moyenne de l'OCDE) mais dans l'organisation du système lui-même : trop uniforme, il doit être repensé pour s'adapter à l'hétérogénéité des élèves et accompagner davantage les plus faibles pour éviter l'échec scolaire.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

21/05/2010 18:59

coll jaime
un enseignent sur deux en moins on met les nouveaux dans les postes les plus difficiles les parents hors de leurs rôles tout pars a la derive bravo le roi sarkozy bling bling

17/05/2010 22:07

Bingo04
Je lance la polémique.C'est à force de faire des parents ignorants et idiots qu'on fait des enfants ignorants et idiots ... car, les enfants regardent avant tout ce que font les adultes et ce qu'ils regardent à la télé (genre TF merde ... en étant poli). Mon explication est certe très simpliste mais c'est ce que je remarque avec mes trois enfants (5 ans, 11 ans et 13 ans) et leur futur dépend avant tout de notre comprtement, de notre regard sur leur devoirs et du suivi de leurs efforts. L'enseignement est un métier, et comme tout métier, si vous n'avez pas de bons outils à la base, vous fabriquez mal. Pour moi, les outils ne sont les ordinateurs ou les salles multimédias dès le CP mais les élèves eux mêmes. Un élève qui ne sait pas lire, écrire, compter et surtout comprendre ce qu'il lit, écrit et compte, à partir du CE2 ne peut finir que dans les 75% de la génération qui n'ont pas le bac +3 (qui n'est autre que l'équivalent d'un BAC d'il y a 20 ans, soit dit en passant ...) !!!

 

17/05/2010 15:48

REY
Le problème vient de ce que ce sont les techniciens et les politiques qui veulent sans cesse rénover l'enseignement alors que les seuls capables de réussir et les seuls qui en ont les compétences sont les profs eux-mêmes - si leur hierarchie frileuse ne leur met pas des bâtons dans les roues. Reconstruisons la confiance dans les enseignants, donnons leur les moyens dont ils ont besoin, reconnaissons le travail qu'ils font et arrêtons de leur demander tout un tas de choses qui n'a plus rien à voir avec l'enseignement.
Mais ce que je dis là concerne les enseignants qui ont eu la chance d'être formé, pour ceux qui arrivent dés la rentrée de septembre c'est un autre défi.
Si la culture est trop chère, essayez l'ignorance !

Haut de page | Mentions légales | Plan du site