• Christophe Castaner nommé Vice-président du COPIESAS par Manuel Valls
  • Mise à jour 18/09/2014 14:40:10

Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Christophe Castaner nommé Vice-président du COPIESAS par Manuel Valls

Christophe Castaner nommé vice-président du COPIESAS, par le Premier Ministre

Ce matin, à Matignon s'est tenue la séance d'installation du Conseil d'orientation de la participation, de l'intéressement, de l'épargne salariale et de l'actionnariat salarié (COPIESAS) sous la présidence du Premier Ministre Manuel Valls et en présence du Ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social, François Rebsamen et du Secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert.

Le Premier ministre, Président de droit du COPIESAS, vient, par décret, de confier à Christophe Castaner la Vice-présidence de cette instance chargée de mener à bien la réflexion sur la réforme de l'épargne salariale ainsi que les négociations à venir avec les partenaires sociaux quant à l'évolution de ce dispositif.

Il animera une mission et sera accompagné d'une trentaine d’experts en la matière. Il aura l’occasion d’aborder les pistes concernant notamment l’élargissement de cette épargne à un plus grand nombre de salariés, sa simplification ainsi que la possible mobilisation de ces fonds au profit de l’investissement productif.

Née de la volonté du Général De Gaulle, l’épargne salariale fut créée en 1967. Aujourd’hui, elle figure au Code du travail et peut être versée par les entreprises à leurs salariés sous la forme de la prime de participation aux bénéfices (ou de la prime d'intéressement), de versement sur un plan d'épargne entreprise (PEE) ou, depuis 2003, sur un Perco (plan d'épargne pour la retraite collectif). Les sommes peuvent être investies sur un ou plusieurs fonds commun de placement en entreprise (FCPE), et utilisables après cinq ans (ou à la retraite pour le Perco), sauf cas de déblocages anticipés exceptionnels.

L'épargne salariale aujourd'hui en France ce sont environ 100 milliards d'euros mobilisés. Le gouvernement souhaite que s'engage une négociation nationale pour développer cette modalité particulière d'association du capital et du travail.

Il lui reviendra donc d'élaborer cette réforme de l’épargne salariale ainsi que les négociations à venir avec les partenaires sociaux quant à l’évolution de ce dispositif.



Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

21/08/2014 08:53:10

MN

Enfin une remise en lumière d'un actionnariat lie au travail et pas à la rente spéculative dont on parle tous les jours dans les médias. Informez nous lorsque, je l'espère, un débat aura lieu soit sur la chaîne Public Sénat ou sur La Cinq, dans un de leurs magasine politique. Vous savez votre équipe de communicants peut faire en sorte de provoquer ce débat. Vous méritez d'être mis en lumière médiatique. J'aime cette photo M. Le Premier ministre Manuel Valls et vous. Un beau tandem prémonitoire d'un renouvellement du PS ?

 24/06/2014 11:41:49
Gilbert SOULET
Bonjour Christophe,Que dire, si non te féliciter et remercier notre 1er Ministre de t'avoir choisi.
Je te souhaite bon courage, car il t'en faudra.

Très amicalement, 
Gilbert SOULET
Cadre Honoraire SNCF-CGT
84120 PERTUIS

 23/06/2014 15:06:54

Guy Malhouitre
Voilà, me semble-t-il , un organisme qui peut être socialement utile , donc politiquement intelligent.

Je félicite Christophe d'en prendre la Vice Présidence , qui va sans doute être , de fait , la présidence effective.

 23/06/2014 13:47:36

Alain BODOU
Pour nombre de syndicalistes, à l'origine, l'argument de l'intéressement des salariés aux performances de l'entreprise était considéré comme une réponse détournée aux revendications salariales, une forme d'auto-exploitation, pour certains même... Aujourd'hui ces diverses primes d'intéressement, PEE, PERCO etc, sont intégrées comme un élément fort du dialogue social dans les entreprises, les plus grosses bien entendu ! D'aucuns montrent en exemple les vertus des SCOOP ou le sociétariat remplace l'actionnariat, avec une répartition égale des bénéfices quelque soient par ailleurs la quantité de parts sociales détenues (à l'inverse de la rémunération des actions). Malheureusement les SCOOP restent très minoritaires et dans des secteurs d'activités souvent moins exposés à la concurrence. Entre sociétariat et actionnariat des salariés, l'intéressement aux bénéfices des entreprises reste un moyen terme qui mérite de se développer notamment dans les plus petites entreprises et sous couvert que cette "intéressement" s'étende, au delà des seuls bénéfices, à l'activité de l'entreprise dans sa globalité. Je veux dire aussi qu'il faudrait renforcer le rôle des comités d'entreprises notamment en matière d'arbitrage sur la bonne répartition des bénéfices entre rémunération des actionnaires et salariés (qui sont parfois les mêmes) ? 

Bon courage à Christophe Castaner, qui n'en manque pas ! Je sais qu'il s'intéresse de très prêt aux propositions des organisations syndicales.

Haut de page | Mentions légales | Plan du site