Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

La grandeur de la France... vue d'ailleurs

La grandeur de la France... vue d'ailleurs

Après le Siècle des Lumières est venu celui des snippers.
Parmi les penseurs les plus en vue de la majorité présidentielle, deux noms reviennent assez fréquemment : Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP et Dominique Paillet, Le Secrétaire général adjoint de l'UMP.

J'ai en tête une récente fulgurance de Dominique Paillet, le jour de l'attribution du Prix Nobel de la Paix à Barack Obama, qui, déplorant cette attribution trop hâtive, a affirmé que c'est Nicolas Sarkozy qui aurait du recevoir ce Prix Nobel ! Certainement en hommage à ses interventions décisives en Iran, en Colombie et à Saint-Tropez.

Mais si dans ce concours de « fauxculserie » il est normal que l'on s'intéresse particulièrement à ces deux espoirs de la droite, j'ai quand même le sentiment qu'une vague profonde submerge la France, relayée en boucle par de nombreux médias, flattant la grandeur de l'action de notre Président sur la scène internationale...

Pourtant « la flatterie est une fausse monnaie qui n'a cours que par notre vanité » selon Maximes de La Rochefoucauld et, à  la place de notre Président,  je serais vexé d'avoir des courtisans aussi serviles et dépourvus d'esprit. Mais finalement les français ne sont ils pas eux aussi tombé dans ce piège, se prenant, sans en faire un fromage, pour de brillants corbeaux ?

Observons un peu notre pays, vu... d'un peu plus loin. Le journal Forbes vient de publier son premier palmarès des soixante-sept « personnalités les plus puissantes de la planète ».
Classement certes contestable, mais le magazine s'est appuyé sur le nombre de personnes directement influencées par les membres de cette liste, la capacité de ces derniers à projeter leur puissance au-delà de leur sphère immédiate d'influence ou le contrôle qu'ils exercent sur les ressources financières.
Et à ce petit jeu, Barack Obama truste logiquement la première place. En un an, l'occupant de la Maison blanche a su s'imposer (sans pour autant toujours réussir) dans tous les dossiers diplomatiques et économiques chauds.

A la suite du président américain, son homologue chinois, Hu Jintao, et le Premier ministre russe Vladimir Poutine. Le classement égrène ensuite les chefs d'Etat, les responsables d'organismes financiers et les hommes d'affaires. Benoit XVI (11e), Silvio Berlusconi (12e), Angela Merkel (15e) et Gordon Brown (29e) s'en tirent beaucoup, beaucoup mieux.  Et trois mauvaises surprises pour les Européens : Nicolas Sarkozy n'arrive qu'en 56e position, l'Espagnol José Luis Rodriguez Zapatero et le chef de la Commission européenne, José Manuel Barroso ne sont tout bonnement pas classés !

Dans son article consacré au classement, Forbes se penche sur le cas Sarkozy. Les journalistes analysent la position du président français par l'influence "faible" et "superficielle" qu'il exerce. "L'objectif est de découvrir le pouvoir, et non pas de le glorifier et, avec le temps, de révéler comment l'influence est aussi facile à perdre que difficile à gagner", explique le magazine à l'adresse de l'Elysée.
La France compte toutefois des représentants mieux classés : Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne (25e), Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI (47e) et le patron de LVMH Bernard Arnault (52e).

Pour notre bon président, faire moins bien que Benoit XVI passe encore, mais être devancé par le leader nord-coréen Kim Jong-il (24e), c'est quand même agaçant... pour ma part, je regrette de n'être pas abonné à Forbes, pour pouvoir résilier, de colère, tout engagement !


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

28/11/2009 00:26
patricia klemensiewicz


Cher Christophe,
je vous entends et vos mots sont emprunts de colère, si peu votre genre...
Comment ouvrir les yeux à ceux qui se contentent de cette façade pseudo hygiéniqueet si rassurante semblable à la dictocratie si bien établie?
Je m'évertue à convaincre jusque dans mon milieu professionnel ipour espérer une prise de conscience et de futurs choix cohérents non co-érrants. Même si j'ai du mal avec le P.S je soutiens votre lucidité.
Respectueusement.

Haut de page | Mentions légales | Plan du site