Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Le gouvernement passe à l'offensive pour que l'automobile devienne une filière d'avenir

Le gouvernement passe à l'offensive pour que l'automobile devienne une filière d'avenir

Après avoir dû faire face à plusieurs annonces de plans sociaux dans la filière automobile, le gouvernement passe à l'offensive. Il réagit avec un plan global et ambitieux, inscrit dans la durée et dans la transition environnementale et énergétique annoncée.

L'action pour la transition énergétique, c'est le soutien à la voiture électrique: elle devient plus accessible grâce aux hausses du bonus à 7000 euros pour la voiture électrique et à 4000 euros pour la voiture hybride. C'est aussi l'exemple donné par l'État, qui va acheter des véhicules électriques pour ses déplacements urbains, soit 25% de ses achats. C'est encore le coup d'envoi à l'équipement indispensable en bornes électriques d'une douzaine de grandes agglomérations françaises, dans les six mois.

Cette transition énergétique va redonner espoir à toute la filière automobile, en lui permettant de réduire la pollution et de réduire notre dépendance au pétrole.

L’action en faveur de la transition environnementale, c’est aussi le soutien vertueux aux industries de la déconstruction et du recyclage, créatrice d’emplois.

Ce plan est équilibré et complet. Il n’accorde aucune aide publique sans contreparties. Il n’oublie ni le financement des équipementiers en difficultés, ni la réorientation de la dépense publique vers la R&D. Il appelle également l’Union européenne à lutter contre la concurrence déloyale. Une campagne de publicité va également inciter les consommateurs français à défendre la production automobile sur leur territoire.

La filière automobile tient là un outil porteur d’avenir, première étape du redressement productif de la France.

Ce plan, qui concerne toute la filière, va de pair avec un dialogue social qui doit être exemplaire dans la gestion des situations d’urgence.Un plan de sauvetage de la filière automobile engagé par le gouvernement.

Stratégique pour l’économie franc¸aise et pour l’emploi en France, la filière automobile est en difficulté. L’emploi dans l’industrie automobile a reculé de 30% en 10 ans. Seulement 2 millions de véhicules seront produits en France en 2012, contre encore 3,5 millions en 2005. Sous- charge et sous-investissement pèsent sur l’avenir des sites français.

Dans un marché en repli, le groupe PSA, vient d’annoncer d’importantes suppressions d’emplois, véritable choc pour notre pays. Il y a urgence à prendre les mesures nécessaires au rebond de la filière.

La filière a besoin de compétitivité, d’innovation et de solidarité. Des propositions pour la compétitivité seront faites dans le cadre de la mission Gallois et de la réforme du financement de la protection sociale. Mais l’enjeu de la compétitivité coût ne résume pas à lui seul les difficultés du secteur automobile : il faut aussi une stratégie forte de filière, partagée par tous les acteurs (Etat, collectivités territoriales, partenaires sociaux, constructeurs, équipementiers, sous-traitants, distributeurs et fournisseurs de services, universités, centres de recherche), pour garantir l’avenir de notre industrie.

Dans ce cadre, l’Etat souhaite accélérer les évolutions industrielles induites par l’exigence écologique et porteuses de création d’emplois.

Pour soutenir l’achat de véhicules propres ou faiblement polluants, le gouvernement a décidé de renforcer les bonus auxquels ils donnent droit. Le plafond du bonus relatif aux véhicules électriques sera porté de 5000€ à 7000€ ; celui relatif aux véhicules hybrides sera doublé et porté à 4000€, il sera ouvert aux véhicules de sociétés.

Les bonus relatifs aux véhicules thermiques faiblement polluants seront augmentés de 100 ou 150€ selon le cas. Ces hausses seront valables jusqu’à fin 2012 et le renforcement de l’ensemble du dispositif bonus - malus sera précisé en loi de finances pour 2013.

L’Etat sera exemplaire : 25% des nouveaux véhicules seront électriques ou hybrides, et tout nouveau véhicule à usage urbain sera électrique.

L’implantation de bornes de recharge des véhicules électriques et hybrides rechargeables, essentielle à leur déploiement, sera accélérée.

Enfin, l’industrie de la déconstruction et du recyclage ouvre des perspectives de création d’emplois importantes, et doit être promue, à travers une politique d’agrément ambitieuse. La France doit prendre une longueur d’avance dans l’invention des véhicules de demain, avec des choix engagés de l’ensemble de la filière pour déterminer les ruptures technologiques et diffuser l’innovation produit dans toutes les gammes. 350M€ du programme d’investissements d’avenir seront réorientés en faveur de ces priorités, en lien avec les pôles de compétitivité, la banque publique d’investissement, la Banque européenne d’investissement et le Programme Cadre R&D de l’Union européenne. Incitation décisive à la localisation en France de l’innovation, avec un effort d’environ 400M€ en 2011, le crédit d’impôt Recherche sera pérennisé et rendu mieux accessible aux PME.

Un institut de recherche technologique dédié à l’automobile sera lancé avant fin 2012.

La chaine de sous-traitance et les réseaux de distribution, essentiels à la compétitivité des équipementiers et constructeurs, doivent être soutenus et renforcés. La mobilisation de 150M€ par OSEO permettra de soutenir leur trésorerie. Ils pourront solliciter plus de 450M€ de financements dédiés à la modernisation des sites et l’investissement industriel. Le Fonds de Modernisation des Equipementiers Automobiles (FMEA) doit devenir le fer de lance d’un développement des sous-traitants stratégiques : il sera prolongé et pourra investir immédiatement 260M€ pour accompagner durablement ces ETI et PME dans leurs projets internationaux, d’innovation, de consolidation ou de développement. Les métiers de l’automobile doivent être revalorisés pour attirer les jeunes et assurer l’accès des PME aux compétences dont elles ont besoin.

Le dialogue social doit être mis au service de la sécurisation durable de l’emploi et des sites industriels de la filière. Il convient d’anticiper le plus en amont possible les évolutions de l’emploi et des compétences. Le gouvernement encourage les partenaires sociaux à engager un dialogue social exemplaire en vue de la pérennisation des emplois de ce secteur. Ce dialogue prendra en compte les orientations issues de la Grande Conférence Sociale.

Les régions, déjà très impliquées dans le soutien à cette filière, seront des partenaires essentiels pour la mise en œuvre de ce plan dans les territoires.

Enfin, l’Etat aura à cœur de défendre les intérêts de l’industrie automobile française, notamment en matière commerciale et de normalisation. La France demandera à la Commission européenne de prendre des mesures de mise sous surveillance de l’accord de libre-échange UE- Corée.

L’esprit de ce plan est celui d’engagements réciproques et de mobilisation autour de notre appareil productif automobile. L’objectif doit être de pérenniser les sites de production, l’emploi et la R&D en France. C’est la nécessaire contrepartie à l’effort public consenti au secteur automobile. L’Etat veillera au respect des engagements de chacun.

Il est sain que le gouvernement exige des contreparties à ces aides, quand on sait que Peugeot a récupérer 4 milliards d'euros ces dernières années !


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

02/08/2012 18:12

coll jaime
les voitures electriques c est parfait le hic c est la location des bateries pour le commun des mortels .de toutes facon les benefices plus les stoks options encaisses pars ses pauvres riches avec l aide de sarco et compagnie sont volatiser c est domage.

30/07/2012 09:54

LOUISE04     bon début.. mais on tourne en rond et on se mord la queue, car si prime à la casse il y a ,rien n'empêchera le consommateur français d'acheter des véhicules propres étrangers .

29/07/2012 18:34

raynal
sur le long terme ce plan auto est tres bon,à une condition que tous les acteurs jouent le meme jeu;quant aux bonus ,ils sont un peu maigrichons (mais crise oblige!) car si on regarde les prix des voitures hybrides ou electriques on voit qu'ils ne sont pas à la portée de toutes les bourses et c'est là que le projet est sur le long terme et le plan auto doit etre traité plus pres au meme titre que l'emploi(ou chomage) ,le pouvoir d'achat et les logements à la portée du plus grand nombre ;je suis un peu critique mais je voudrai etre constructif et que Christophe Castaner sache tenir compte de la base amitiés PS

29/07/2012 18:33

CHENEZ Christian
Il serait bien de placer cette initiative dans le cadre des 5 piliers de la troisième révolution industrielle telle que vue par Rifkin : 1. passer à un régime d'énergie renouvelable, 2. reconfigurer le parc immobilier en transformant chaque logement en mini-centrale électrique, 3. installer des technologies de l'hydrogène et autres moyens de stockage de l'énergie, 4. utiliser la technologie d'internet pour convertir le réseau électrique en réseau intelligent et 5. rééquiper la flotte des moyens de transport avec des véhicules à pile à combustible et des véhicules électriques. Le tout avant 2050 ... date annoncée de fin des énergies fossiles et des principaux minerais!

Haut de page | Mentions légales | Plan du site