• Lech Kaczynski, coup de pompes pour un président réactionnaire
  • Mise à jour 12/07/2011 11:37:10

Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Lech Kaczynski, coup de pompes pour un président réactionnaire

Lech Kaczynski, coup de pompes pour un président réactionnaire

La mort du président polonais dans un accident d'avion, le 10 avril, a suscité une forte émotion en Pologne et a été couverte en long et en large par les médias internationaux qui ont partagé, peu ou prou, cette émotion. Ce n'est pas seulement la disparition de Lech Kaczynski qui a frappé les esprits, mais le fait que l'avion transportait une centaine de personnes, dont son épouse, et une série de personnalités politiques et militaires.

Il n'en reste pas moins qu'une partie des hommages qui sont rendus au défunt président sont proprement incroyables, comme si la mort avait transfiguré cet homme réactionnaire, sectaire, eurosceptique, brutal en véritable icône alors qu'il a été le pire président que la Pologne n'ait jamais eu (précision: je parle évidemment de la Pologne d'après la chute du communisme).

Comme le souligne avec justesse, Marion Van Renterghem du Monde dans son article du 13 avril, même Adam Michnik, le patron de Gazeta Wiborcza, qui ne l’a jamais ménagé de son vivant, « passe sur le sectarisme réactionnaire, inquisiteur, eurosceptique, populiste qu’il fustigeait tant » et préfère saluer dans son éditorial « le patriotisme » de Kaczynski, « cet homme « droit » et « sympathique » qui a « servi l’indépendance de la Pologne » et choisi la liberté contre la dictature ». Alors même qu’il était passé de mode, au point qu'il n'était pas certain de se représenter pour un second mandat à la fin de l’année. La mort a des vertus qui ne laissent de m'étonner. D'autres personnalités disparues dans ce « tragique accident », comme on dit, auraient mérité de vrais hommages, comme Anna Walentynowicz, une figure mythique de Solidarité. Bref, vous l'aurez compris, je refuse de verser la moindre larme de crocodile pour cet homme qui a donné une image terrifiante de la Pologne.

Rappelons que si l'avion s’est écrasé samedi 10 avril dans une forêt russe, c'est parce que l'irascible Lech Kaczynski, en guerre permanente contre le premier ministre libéral Donald Tusk, qui a succédé au jumeau Kaczynski, Jaroslaw, a refusé d'assister, le 7 avril, à la cérémonie organisée avec les Russes dans un geste de réconciliation pour commémorer le 70ème anniversaire du massacre de Katyn. Autrement dit, le président polonais est mort comme il a vécu, refusant de pardonner les offenses, cultivant les vieilles haines recuites du passé.

C'est lorsque son frère Jaroslaw était premier ministre qu’il a donné sa véritable mesure. Les deux frères ont gouverné avec la Ligue des familles, un petit parti antisémite, xénophobe et violemment réactionnaire qu'ils ont protégé. Autoritaires, peu soucieux de libertés publiques, ils ont pourri la vie de centaines de personnes en se livrant à une chasse fantasmatique aux anciens communistes: le regretté Bronislaw Geremek a même failli perdre son mandat de député européen parce qu'il a refusé de se plier à une énième « loi de lustration », invalidée in extremis par la Cour constitutionnelle. Une humiliation qu’il ne leur a jamais pardonnée. 

Vis-à-vis de l'Union, ils ont toujours eu une attitude de rejet, la jugeant trop aux mains des Allemands, « l'ennemi » héréditaire. Rappelons qu'en pleine négociation du traité de Lisbonne, Varsovie a réclamé davantage de voix au Conseil des ministres pour tenir compte des Polonais massacrés par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale... Une sortie germanophobe parmi d'autres. Comme le disait en privé un dirigeant européen, les jumeaux Kaczynski auraient vraiment eu besoin d'une « bonne psychanalyse »... Cette méfiance atavique à l'égard de l'Allemagne était équilibrée par leur haine à l'égard de la Russie. Pour les frères Kaczynski, le seul allié fiable était les États-Unis, d'où l'engagement polonais en Irak et le rôle que Varsovie a joué dans les vols secrets de la CIA. Cet alignement inconditionnel sur l’administration Bush a contribué à tendre les relations entre l’ouest et l’Est européen.

Kaczynski a, logiquement, essayé de s'opposer à l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, empêchant même le gouvernement libéral de ratifier la charte des droits fondamentaux. Il aura finalement été le dernier représentant d'une certaine Pologne rancie, crispée, réactionnaire (rejet de l’avortement, refus de reconnaître des droits aux homosexuels, etc.). Il faut espérer que la mort de Lech ne permettra pas à Jaroslaw de se faire élire à sa place, celui-ci étant encore bien pire que son jumeau.
Mais l’histoire sait être ironique : en mourant en Russie, Kaczynski aura sans doute permis à Moscou et à Varsovie de tourner définitivement la page de Katyn, Poutine et Medvedev s'étant saisi de cet événement pour multiplier les gestes d'apaisements que la Pologne attendait depuis 70 ans. À son corps défendant, Lech aura finalement été plus grand dans sa mort que dans sa vie.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

23/04/2010 15:41

ansalid mario
les morts sont tous vertueux qui disait les cimetieres sont pleins de gents iremplassables..?

23/04/2010 07:54

G Jégo
D'accord avec ce qui est dit et notamment au sujet du Pt Polonais

23/04/2010 00:15

patricia klemensiewicz

Bien sûr que je suis d'accord avec votre vision de la politique menée par ce président mais polonaise d'origine,je remarque que la France (Sarkozy en tête) a encore prouvée sa grande amitié pour le peuple polonais. L'absence séculaire d'un pays qui s'est toujours targuée de" liens forts". Le président estonien à parcouru 1800 km en voiture pour assister à ces funérailles mais les grands de l'Europe ne se sont pas déplacés. Paris Varsovie n'est pas une distance impossible à parcourir. Pardon pour mon amertume , je garde le doute du bien fondé des discours lénifiants que la France a tenue envers le peuple de Pologne. C'est à lui qu'on rendait homamge. Politique non comptée dans des moments pareils. Je suis tout sauf une polonaise de nationalité française nationaliste.
Avec le respect qui vous est dû et l'estime que je vous porte.
Patricia Klemensiewicz

 

22/04/2010 19:30

Dubinsky Monique

Le délire d'éloges que j'ai entendu et lu sur ce dirigeant commençait à m'inquiéter. Je me demandais si j'avais été la seule à penser que ce dirigeant était un homme inquiétant et indigne de la fonction qu'il assumait. Me voilà rassurée puisque sa mort aura été utile et que le destin peut être ironique. Il est vrai qu'il reste le jumeau. Pas de quoi se réjouir trop tôt donc.

 

22/04/2010 18:51

bruno morin manosque
bonsoir CC, si je partage le fond de votre point de vue et vos qualificatifs sur le president Polonais, il n'en reste pas moins qu'à mon sens :
- l'hommage portait d'abord plus sur la fonction de président élu au suffrage universel, qui en democratie doit toujours être respectée,
- l'hommage a été d'autant plus fort qu'il concernait la disparition pour la seconde fois dans un labs de temps très court dans l'histoire de ce pays d'une bonne partie de l'élite Polonaise quasiment au même endroit ou elle avait été massacrée par les communistes sovietiques,
- les freres KACZINSKI s'il peuvent être parfaitement qualifiés de reactionnaires, ont gagnés le droit de defendre leurt opinion en prison après leur combat à solidarnosc, en prison ou ils etaient au moment ou Mr Mitterand, honoré comme il se doit, malgré ses symapthies vichistes assumées sans complexe, à son décès, recevait le dictateur communiste Jaruselki et cotoyait les même communistes partisans du bilan globalement positif de l'URSS à la table du conseil des ministres ;
toutes les verités sont complexes et il y a des douleurs et des hommages à respecter pour les elus au suffrages universel, ce qui dans ce cas vous grandit
En toute fraternité bien cordialement

 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site