Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

L'égalité réelle

L'égalité réelle

Depuis mardi, et jusqu'à la fin du mois, les militants socialistes sont appelés à débattre du thème de « l'égalité réelle ».

Mercredi, j'ai pu, lors d'une rencontre avec les militants de Forcalquier m'exprimer sur ce sujet.

L’expression est délicate, puisqu’un seul mot de réserve peut apparaitre comme « brisant l’unité du parti », mais peut on débattre sans donner un chèque en blanc à ceux qui annoncent un retour sous contrôle public de Total par exemple… ?

Cette convention est la dernière étape avant la « convention des conventions », qui devrait permettre aux adhérents de dessiner les grandes lignes du projet socialiste pour 2012.
Bien sur, il ne s’agit pas pour le moment d’un programme électoral abouti, cette étape viendra au printemps 2011. Si ce texte, à l’image de son pilote –Benoit Hamon-, glisse parfois un peu vite vers la facilité et le concert de bonnes intentions, il témoigne d’un renouveau de la pensée socialiste et présente de nombreuses pistes de travail. 
Quelques mots, tout d’abord, sur la méthode.

L’opacité croissante de la procédure des conventions a pour effet que chaque « auteur » de Moscovici à Hamon tente de marquer « idéologiquement » son texte.
Le texte rassemble pourtant un certain nombre d’éléments positifs : il présente sur nombre de points, de la lutte contre les discriminations à l’égalité homme-femme, des avancées notables volontaristes ; la partie sur l’école, perfectible mais essentielle, me semble relever d’une vision réformiste courageuse pour lutter contre l’échec scolaire et faire pièce au modèle prétendument méritocratique proposé par la droite. Des propositions, comme celle sur  la pénalisation des « prostitueurs », sont courageuses et modernes, les pistes proposées en matière de politique de la ville, novatrices.
Il bute néanmoins sur un certain nombre d’écueils.

Globalement la réflexion du Parti Socialiste gagnerait à donner plus de place aux dynamiques locales, aux logiques d’expérimentation, à l’autonomie des partenaires sociaux. Je regrette que l’approche défendue ne laisse peu de place à la démocratie sociale, aux nouveaux engagements des citoyens, à l’action des élus locaux, mais également aux changements sociétaux majeurs qui ont dessiné une France fort différente de ce qu’elle était dans les années 70-80. Il en résulte une ligne directrice souvent très (trop) étatiste inadaptée aux défis de demain. Nous devons privilégier une vision de lutte contre les inégalités au XXIe siècle, qui s’appuie sur un Etat-socle pour garantir l’émancipation des acteurs individuels et l’autonomie des partenaires sociaux – et sociétaux.

Ensuite nous devons veiller à la crédibilité de notre parole, or ce texte n’y porte pas assez attention. D’abord, pour ne pas assez prioriser et hiérarchiser les propositions, ouvrant là la voie aux espoirs déçus et aux désillusions, lit de complications électorales majeures. Comme élus locaux nous savons concilier une approche à la fois réformiste et crédible, il nous faut nous en inspirer nationalement pour convaincre des Français dont tout montre qu’ils ne nous estiment pas encore prêts à gouverner.

Comment dés lors faire évoluer ce texte sans pour autant prendre le risque d’une surinterprétation médiatique de nos différences d’approches ? Faut il se résoudre au consensus mou au risque d’assumer le peu de crédibilité de nos positions ?

Nous sommes, tout autant que d’autres, attaché à l’unité du parti, pour ne pas retomber dans des querelles intestines stériles sur le fond et désastreuses dans l’opinion ; mais je suis, peut-être plus que d’autres, attaché à ce que vive dans notre parti le débat démocratique, à ce que des sensibilités diverses puissent s’exprimer afin qu’émerge un projet qui soit – réellement – celui de tous les socialistes et devienne celui de tout les français. Faut il toujours se « faire plaisir entre nous » et négliger les aspirations de nos concitoyens ?

Exiger un chiffrage, un sérieux de nos propositions, ce n’est pas l’affirmation d’une « droite » du parti ou d’une atteinte à son unité. Être réaliste, ce n’est pas entraver le progrès, c’est en permettre l’avènement. Faire des promesses que l’on sait ne pas pouvoir tenir, ce n’est pas aider la gauche à réussir, c’est préparer son échec. Élu local je connais la sensibilité des milieux populaires. Ils sont socialement exigeants, mais lucides sur la situation économique et financière du pays : ils ne croient pas en des engagements dénués de réalisme. En général je n’accepte ni les faux procès, ni les leçons hypocrites qui font de ceux qui osent plaider pour la crédibilité des droitiers ou des adversaires de l’unité, bref des ennemis du parti. Là est la véritable posture, autoritaire, vulgairement tactique et de mauvaise foi, qui mène à de sévères désillusions.
Notre attitude doit être, au contraire, dictée par la responsabilité.

Sur la base de ce document nous devons ouvrir le débat sur la hiérarchisation des mesures et le choix des priorités budgétaires.
Nous aurons plus à gagner de cet échange que de postures unanimistes dont l’ambigüité se construit au détriment de la clarté et de la crédibilité.
Enfin, il faut, je pense, poursuivre notre travail, sur des sujets comme la culture, la jeunesse, mais aussi la justice et la sécurité. Ces sujets ne seront pas abordés dans le cadre de nos conventions, c’est une erreur révélatrice de cette volonté de produire des textes…acceptables par tous…

Pour gagner, il nous faudra oser, y compris le débat interne !

Christophe Castaner


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

26/11/2010 17:54

Claude R
J'ai ,lu le texte de la convention traitant de "l'égalité réelle" avec courage et obstitation. On aurait pu faire plus court et plus concis.On ne peut être que d'accord sur l'ensemble de ces propositions avec poue ma part quelques remarques:
Dans l'introduction, j'ai regretté l''avertissement occultant des pavés importants tels que la justice, sécurité, enseignement supérieur .Je pense qu'on aurai pu quand même en parlé quitte à rogner les propositions énoncées beaucoup trop détaillées, ce qui a d'aillaurs crée une certaine zizanie de certains leadre de notre parti envers les médias (qui sont friands de ces petits écarts). Par exemple, la Justice est actuellement dans un marasme complet avec la remise en cause constante de son indépendance (une base sérieuse de l'égalité) avec de moins de moyen et de plus en plus de dérive suite aux comportement du ministére de l'intérieur (nous avons des exemples journellement à chaque jour son affaire et c'est pas fini)Le fonctionnaires du magistrats aux gardiens de prison ont des conditions de travail digne du moyen âge et encore!!! on l'a encore vu cette semaine avec le personnel pénitencier.
Concernant le chapître I "éduquer former qualifier" scolarité - ans favoriser l'apprentissage et formation en alternance.
Pour l'ensemble des propositions ; le coût et le % de personnel dans l'EN doit êtreprécisé
Chapître II : le paragraphe A est un peu gauchiste (riches et pauvres) cà peut nous desservir dit de cette manière.
Ecart de salaire dans l'entrepr ise limité de 1 à 20 (pourquoi 20) comment ? Impossible .
Création des impôts nouveaux sur les sociétés, le patrimoine, les plus riches (lesquels) peut favoriser l'europasisation (si cela se dit) et la mondialisation ainsi que la fuite des capitaux .
Le paragraphe B ; Logements , il faut bien étudier la question poue redonner au pays des villes et villages à vivre et non plus des mégapoles.Développer les zones rurales en harmonie. Il faut toujours parler d'une caution pour la protection des 2 partis mais l'encadrer..
Le paragraphe C : le coût ? et le terme bouclier rural n'est pas à adapter par la gauche ( trouvons un autre terme contrat par exemple ou autre);. Pour les trans ports, mettre à plat la gestion de la SNCF qui n'a qu'un but la privatisation et l'ouverture à la conccurence ( Voir EDF et ce qui nous attend en Janvier)Urgent revoir France Télécom aussi.
Chapître III "Les mêmes droits pour tous les citoyens" préciser ; étrangers en situation régulière. Pas d'accord pas d'étrangers dans la fonstion publique L'appal à des étrangers doit être exeptionnel et momentané (exemple : infirmières espagnols en 2000 2001) Contrôle d'identité : un groupe de 9 blancs et 1 noir - les controle tous ou rien..On pourra toujours exiger dans les appels d'offres que les entreprises agissent contre les discriminations mais comment vérifier (bon courage); Enquête de discrination (difficile)..
Pas de remarques pour le reste du texte

15/11/2010 18:30

nalin
le commentaire de Christophe est une tres bonne approche de ce que doit etre une Convention(au passage je regrette que mon age m'empeche de venir y participer);il faudrait aussi parler du chomage et de l'emploi des personnes handicapees qui se voient trop souvent rejeter comme des pestiferes;et le remaniement ministeriel ne va pas aller dans un sens SOCIAL avec des mots on a vite fait d'ensormir les gouvernés ,c'est un rajout à la Convention legalite

Haut de page | Mentions légales | Plan du site