• Notre Dame des Landes : Et si nous prenions le risque de convaincre plutôt que de contester
  • Mise à jour 09/03/2016 11:32:53

Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Notre Dame des Landes : Et si nous prenions le risque de convaincre plutôt que de contester

Notre Dame des Landes: Et si nous prenions le risque de convaincre plutôt que de contester.

Au sujet du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, il y a deux légitimités qui s'opposent -bien sûr il y a aussi ceux qui pensent tenir là, l'occasion de faire tomber cette démocratie fatiguée mais même ceux là portent la légitimité du principe du combat de résistance-.

Tout d'abord, celle de la défense de la planète et de l'environnement local. A un moment où la lutte contre le réchauffement climatique devient une cause universelle à laquelle le gouvernement souscrit des deux mains, les opposants cherchent à bloquer le projet par une action militante.

Cette action est bien sû minoritaire sur le terrain mais elle incarne une vision de l'avenir partagée par beaucoup.

Et puis, il y a celle -que je représente, mais que je peux aussi contester-, fondée sur la démocratie participative et les règles de droit. Ainsi, la grande majorité des élus de la Région, ainsi que le chef du gouvernement, sont décidés à construire cet aéroport. De même, les recours juridiques ont tous été rejetés par la justice.

Alors, on pourrait affirmer que seule la seconde étant légale, elle seule aurait son mot à dire.

Mais, ce serait négliger l'enjeu -qui peut-être nous dépasse- mais surtout la crise de notre démocratie représentative. Il faut donc rechercher de nouvelles méthodes d'expression.

Avant les municipales, j'ai le souvenir d'avoir plaidé auprès de mes amis de cette Région (ou de 2 pour être exact) de profiter de l'élection pour organiser un vaste référendum local. Je n'eus pas le poids suffisant pour être entendu. De nombreux écologistes l'ont aussi demandé.

Il y a quelques jours le Président de la République, pour éviter le piège d'opposer deux légitimités résolument inconciliables, a donc proposé un référendum.

J'ai envie de dire chiche!

Et pourtant, force est de constater qu'alors même que les modalités du vote n'ont pas été arrêtées, les deux "camps" contestent préventivement la consultation.

Que préfèrent-ils? Que l'État décide seul. Il est vrai que cela dédouanera beaucoup et permettra d'établir une nouvelle légitimité. Une légitimité du droit...et de la déresponsabilisation.

Comme l'écrivait il y a quelques jours Laurent Joffrin, "la manie du dénigrement qui mine le débat public français vient encore de frapper".

Ne pourrions nous pas peser sur les modalités du vote avant de les dénoncer si elles sont manifestement contestables ? On préfère crier préventivement haro sur le référendum.

Le choix est simple, l'État peut renvoyer l'une ou l'autre partie dans les cordes, selon un processus vertical auquel nous sommes habitués mais dont nous sommes lassés.

Alors que le référendum donne le dernier mot au citoyen, son refus le lui dénie.

Mais au fond qu'elle est le risque ? Que les partisans de l'une ou l'autre des positions soient désavoués par le peuple.

Promoteurs du projet et opposants veulent être entendus mais refuseraient de voir s'ils le sont par le peuple, de constater que leurs arguments sont, ou non, reconnus.

Bien sûr, je sais les risques et les difficultés de la démocratie participative... mais je sais au moins autant l'échec de nos modes démocratiques actuels et combien cet échec, si nous ne l'entendons pas, favorise les populismes.

Alors oui, pour la démocratie, prenons le risque d'agir, de convaincre, d'entendre.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

15/02/2016 18:52:28    

Jean Louis  

Présentation simple, efficace. Pourtant des questions sont pour moi aujourd'hui sans réponse claire et à ce stade m'empêcheraient de décider si j'étais concerné par ce référendum. 
1ère question. Ce projet de nouvel aéroport date d'environ 40 ans, la vision de l'avenir du transport aérien de l'époque, n'est plus celle d'aujourd'hui. Du strict point de vue aérien, ce nouvel aéroport est il encore réellement utile?
2ème question Rennes, Quimper, Brest, Nante, j'en oublie sans doute mais déjà 4 aéroport pour la même région (je vais me engueuler par le quai d'Orsay), 4 aéroports avec une trafic aérien plutôt faible. Ne serait-il pas plus efficace d'en créer un seul bien placé et le relier efficacement par des transports rapides à ces 4 métropoles régionales? Quel serait l'impact économique d'un tel ouvrage?
A quoi sont destinés les terrains de Nantes-Atlantique qui seraient libérés par la construction du nouvel aéroport?
Enfin une remarque plus personnelle, "Notre Dame des landes" pour baptiser un équipement public. Il n'y avait pas un aviateur célèbre "Maurice Nogues" par exemple Aie, il était Rennais.

15/02/2016 21:40:36    

Janigou    

Bonjour, Je n'ai pas très bien compris où vous voulez en venir concrètement. La démocratie participative c'est bien, mais assez vague, surtout dans ses modalités pratiques d'application. Pour un grand pays de 66 M d'habitants, il me semble que la démocratie représentative est le moins mauvais des systèmes politiques.
Au-delà, je constate avec tristesse que nos responsables nationaux actuels nous ont malheureusement habitués aux valses-hésitations au gré des rapports de forces de telle ou telle catégories, donnant lieu à des décisions ou absences de décisions qui ne satisfont personne et mécontente tout le monde, parfois de manière inutile. Par ailleurs, fléau de la vie politique, en France et ailleurs depuis de longues années, on a aussi le sentiment que les décisions sont prises sous l'empire de l'émotion. C'est à dire loin de toute analyse rationnelle. D'autre part, si le résultat de ce référendum aboutit in fine au rejet du projet, on fait quoi avec toutes ces décisions de justice rendues au nom du Peuple français ???.... Enfin, et tout le monde le sait, même si on peut le regretter, le référendum à la française sous la Vème République est d'utilisation délicate, sans portée vraiment progressiste (risque de démagogie) et a tendance à sombrer dans le plébiscite : pour ou contre telle autorité et non pas pour ou contre tel projet analysé en référence à l'intérêt général. Il est d'ailleurs rejeté par les 2 camps concernant cette affaire. J'en reviens donc à cette démocratie représentative, Commençons déjà par la faire vivre, au niveau local et national, à travers notre rôle de citoyen actif et impliqué. Le système idéal serait le tirage au sort de nos dirigeants, mais nous ne sommes que des humains et pas un peuple d'anges... Cordialement, J

20/02/2016 08:41:11    

Clodomir    

Effectivement, ce projet est, pour moi, un grand levier pour l'économie de cette région donc, par ricochet, de notre pays. Cela relève de l'intérét général ; Comme je ne suis pas politique, je n'ai pas d'état d'âme, et je serai partisan d'une solution radicale. Il faut être plus ferme.
Inutile d'en dire plus, le reste est secondaire
Cordialement

19/02/2016 19:22:45    

Gilbert SOULET    

Merci Christophe pour ce billet.
Les intérêts des deux camps sont très contradictoires; Le référendum souhaitable s'adresserait à qui ? et dans quel périmètre pour accéder au vote ?
Je me souviens du référendum natonal du 29 mai 2005 et ce qu'il est advenu du résultat des 55 % de NON, résultat détourné par le traité de Lisbonne !
Alors ?
Très amicalement, 
Gilbert de Pertuis

19/02/2016 10:25:21    

Christiane Brochier    

Moi aussi je dis Chiche pour le référendum! C'est le seul moyen de redonner au peuple la parole confisquée depuis trop longtemps et si FH y renonçait pour une raison ou une autre
c' en est définitivement fini de sa crédibilité de stature présidentielle, que la courbe du chômage s'inverse ou non ! La transition énergétique passe aussi par ces grands projets qui donneront l'occasion de respecter toutes les normes environnementales de toutes construction, et de mettre en ½uvre tous les progrès techniques (photovoltaïques etc.) et matériaux isolants . Bref un aéroport pilote rassemblant tout ce qui est préconisé pour la transition énergétique et qui aura en plus le devoir de créer des emplois pendant tout le temps de sa construction. D Voynet du temps où elle était dans la gauche plurielle avait approuvé le projet qui était un moyen selon elle de développer les régions et l'ouest de la France et de décentraliser, car l'Europe des régions (mitoyennes de nos frontières) est un concept tout aussi intéressant que l'Europe des nations !

23/02/2016 17:02:51    

Christiane Brochier    

Le référendum du 29 mai 2005 (pour lequel j'avais voté non et en interne et en externe! ) était national et non local. 
Notre Président a annoncé publiquement que selon le résultat du vote les pour l'aéroport et les contre devront l'accepter et sans broncher ! Et si ce n'est pas le cas je suis comme Clodomir, partisane de la solutions radicale ! A un moment donné, il faut siffler la fin de la récréation citoyenne, savoir trancher et mettre fin à des décisions de justice qui ne décident rien..depuis trop longtemps.
.Le tirage au sort pourrait avoir un grand intérêt dans un autre contexte et d'autres circonstances mais dans ce cas, bien particulier, ce serait une fois de plus confisquer la parole au Peuple et pire encore se décharger sur lui des erreurs des politiques de plusieurs décennies ! Et puis il est temps qu'il prenne part à des décisions que le concernent directement et dont il sera, à la fois, le bénéficiaire et la victime. C'est aussi cela la démocratie participative...

08/03/2016 18:39:43    

Dana Silk    

C'est dommage que le chef du gouvernement et pas mal des élus approuvent un projet qui date de la même époque que Mirabel. Rappelons que cet aéroport canadien, également contesté (39 255 ha expropriés), a été un échec commercial et son aérogare a été démoli en 2014. En espérant que les citoyens landais seraient moins bêtes et mieux informés que les technocrats et les élus canadiens des années 60 !

Haut de page | Mentions légales | Plan du site