Articles

Presse, vidéos
Mise à jour le 24 avril 2017  

Agenda

 

La lettre du député
Rentrée 2016   

Vidéos

 

 

Liens


Assemblée Nationale
Ville de Forcalquier
Pays de Haute-Provence
Communauté de communes Pays de Forcalquier - montagne de Lure
Blog de Gilbert Sauvan
Facebook de Jean-Yves Roux

Taxe carbon(isé)e : le masque (vert) tombe enfin...

Taxe carbon(isé)e : le masque (vert) tombe enfin...

Après un Grenelle de l'environnement qui se voulait la bonne conscience écologiste de la droite gouvernementale, il y a quelques jours Nicolas Sarkozy toujours prêt pour démontrer ses cohérences successives a profité du Salon de l'Agriculture pour déclarer, que l'environnement, "ça commence à bien faire !".

Il était temps de faire tomber le masque vert !

Et comme le Président fait rarement les choses à moitié, il a récemment joint le geste à la parole : promise pour le mois de juillet prochain malgré la rébellion du Conseil Constitutionnel, la taxe carbone est reportée aux calendes gréco-européennes.

L'argument européen ne tient pas la route. En effet, c'est pour toutes autres raisons que le Conseil constitutionnel avait critiqué la mesure. Il avait souligné que 93% des émissions de dioxyde de carbone d'origine industrielle auraient été totalement exonérés de contribution carbone, créant ainsi une "rupture caractérisée de l'égalité devant les charges publiques". De plus, il est faux d'affirmer que la taxe carbone nuit à la compétitivité des entreprises : ce sont au contraire les entreprises qui investissent maintenant dans l'efficacité énergétique qui résisteront mieux demain face aux effets du marché. C’est un enseignement que j’ai pu tirer de mon récent séjour en Chine qui fait de cette politique son crédo… pour des raisons économiques évidentes.

Bref, le gouvernement justifie l'injustifiable avec une ridicule pirouette dont il commence à avoir l'habitude. Pourtant, le 10 septembre 2009, Nicolas Sarkozy déclarait :

"Je l'ai signé, je le fais, c'est une question d'honnêteté. Si on ne le fait pas, on n'est pas honnête. Et la démocratie républicaine et parlementaire ne peut pas continuer à fonctionner avec des gens qui ne respectent pas la signature qu'ils ont donnée. J'ai donné ma signature, je le fais !"

Mais la droite gouvernementale ne trompe plus personne, et les écologistes n'hésitent plus à affirmer leur déception face aux suites du Grenelle de l'environnement. Ainsi, la Fondation Nicolas Hulot claque la porte du Grenelle afin de marquer sa déception après "l'abandon pur et simple" de la taxe carbone par le gouvernement ; ça a le mérite d'être clair !

Cet épisode jouera un rôle important dans la vie politique française et l'histoire du mouvement écologiste. Ceux qui avaient pensé utile de jouer le jeu d'un espace politique ouvert par la droite à travers le Grenelle de l'environnement en sont pour leurs frais. L'engagement du Président de la République n'était pas sincère et la droite retrouve progressivement son vrai visage : celui d'une idéologie libérale qui méprise les hommes comme l'environnement. On comprend que Chantal Jouanno se dise désespérée. Le mirage d'une écologie de droite s'efface, l'efficacité d'un engagement associatif ou apolitique au service du développement durable apparaît comme sujet à caution. C'est bien à gauche que s'écrira l'histoire de la transformation écologique de notre société.


Partager

Vos commentaires


Merci pour vos questions et commentaires

Nom ou pseudo
Email
Inscription mailing list
Votre question ou commentaire
 
 

03/05/2010 13:02

patricia klemensiewicz
Très belle photo fiction du petit père du peuple mais cauchemardesque si elle se révèle être notre future réalité.
Merci de savoir que( à propos d'écologie) hier, Dimanche 2 mai, innocemment bucolique, j'emmène un copain et mes chiens se dégourdir l'esprit à Dauphin, route de la Mort d'Imbert où se trouve un ravissant ruisseau gorgé de cette énergie printanière. Une forte odeur de station essence me surprend et deux hommes, épuisette en main draguent le dit ru. Questionné par l'odeur, il m'annonce l'accident de Géosel et me prie de ne pas faire boire les chiens car toute la zone est polluée et toute la faune est morte sans aucune exception. Voilà comment nous sommes informés, avertis et protégés. Notre région fait tant d'envieux, le rêve d'un Luberon où l'on vient croire couler des jours heureux dans une nature respectée.
Je voulais que vous sachiez ceci.
Avec le respect qui vous est dû.
Patricia Klemensiewicz 

02/05/2010 10:50

Dubinsky Monique
Depuis bien des années j'attends que la "transformation écologique de la société" s'écrive dans le contexte des mouvements de la gauche française. Et surtout au PS. Mais l'évolution des sensibilités est lente. Il y a même eu des reculs au moment où les écologistes perdaient de la crédibilité et les voix des électeurs. Il y a des mythes auxquels il va falloir tordre le cou pour faire changer les mentalités au sein du mouvement. Comme celui de croire que l'on a pas les moyens d'adopter des comportements et des pratiques qui respectent l'environnement.
En effet, ce sont les entreprises qui s'efforcent de travailler proprement qui seront les plus à même de répondre aux défis futurs.
Héritiers d'une tradition ouvrière et de ses combats le PS aura besoin d'opérer en son sein une véritable révolution culturelle pour oser s'engager avec audace dans une politique environnementale que j'appelle de tous mes voeux depuis si longtemps. Mais ce n'est pas en quelques lignes que l'on peut démonter les mécanismes qui l'ont empêché de le faire jusqu'ici.
Maintenant que la droite a montré son vrai visage avec autant d'indécence et de mépris pour tous ceux qui se sont associés au Grenelle, il y a peut-être une place à prendre de vitesse.

30/04/2010 17:36

raynal    

maitre Sarko-ko continue sa valse d'annonces et de contre-annonces,on a beau dire que c'est une habitude mais encore une fois les idees mal ficelees ne font pas devieux os;il faut de preparer à la meme chose pour les retraites.Quant aux energies je n'en vois que 2:le solaire(grace au photovoltaique) et la geothemie ou pompe à chaleur;pour le photovoltaique on ne doit pas construire des centrales mais equiper maison par maison,ce qui supprimerait la structure transport,c'est d'ailleurs pour cela que les eoliennes sont en retrait par rapport aus 2 autres;enfin cela est mon point de vue à bientot pour le prochain blog

 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site